PSG  : laissez-les jouer par François Sorton

PSG  : laissez-les jouer par François Sorton
C’est si rare qu’on ne peut le passer sous silence  : la Ligue 1 s’est mis sur son 31  ! C’était dimanche dernier et le match PSG-Monaco (3-3) fut palpitant, toujours intéressant, parfois excitant. Alors, de quoi se plaint-on  ? Nous, de rien, on est ravis mais le groupe «  l’Equipe  » a trouvé ça inquiétant. Est-ce si surprenant  ?


Polémique
Sitôt le match fini, la polémique naît dans «  l’Equipe du Soir  »  : «  Comment une équipe qui prétend avoir des ambitions pour la Ligue des Champions peut-elle jouer en 4-4-2 avec des joueurs qui ne défendent pas  ? Entre M’Bappé, Icardi, Neymar et Di Maria, il y en a un de trop. Il faut que Marquinhos revienne équilibrer le milieu  ». Le diagnostic n’est pas mauvais  : certains joueurs du PSG snobent un peu le travail défensif. La conclusion et l’ordonnance sont inadéquates  : Marquinhos, remarquable défenseur, n’a pas le profil technique pour jouer au milieu. Sa relance n’est pas toujours parfaite et il n’est pas très à l’aise dans les petits périmètres, là où commence l’élaboration des attaques. Et de toute façon, même s’il n’y avait plus que 3 attaquants, s’ils ne font aucun effort, le problème resterait identique. Le lendemain, dans sa version papier, «  l’Equipe  », plutôt que de louer la performance des deux équipes, ne s’attarde que sur «  les manquements défensifs  du PSG qui laisse de grands boulevards. Ce 4-4-2 n’est pas adapté à la haute compétition  ». Les bras nous en tomberaient presque  : il faudrait donc sacrifier un attaquant comme si, lorsqu’une équipe prend 3 buts, le nombre de défenseurs était seul en cause. C’est tellement simpliste… Il ne s’agit pas que les attaquants multiplient les allers-retours constants, simplement de faire collectivement les 5 ou 10 mètres nécessaires pour s’opposer à la relance adverse et avoir un bloc défensif qui ne recule surtout pas, ce que fait trop Thiago Silva. A des joueurs capables de faire de grandes différences individuelles ou collectives, leur demander de faire un peu de pressing ne serait pas un sacrifice très pesant.
L’influence de Deschamps
Dans cette polémique, on voit toute l’influence de l’équipe de France de Deschamps. C’est un virus qui s’est propagé et qui a contaminé toute la planète du foot français (on notera que les entraîneurs du PSG et de Monaco sont étrangers)  : pour gagner, il faut d’abord et avant tout soigner sa défense. La preuve  ? On est champions du monde. C’est un verdict parfaitement discutable contre lequel on ne peut rien faire, tant que l’équipe de France ne perd pas. Et si le PSG avait fait match nul tout simplement parce que Monaco a fait un match remarquable  ? Le nouvel entraîneur, Moreno, est espagnol, ce n’est pas pour rien qu’il aime le jeu. Jardim était, il est vrai, à bout de souffle. Le PSG est une équipe conçue pour marquer des buts, beaucoup de buts. Laissez-les jouer, bordel  !