Norbert Eschmann, l'orfèvre Suisse

EDITO
NORBERT ESCHMANN

FONTAINE SELECTIONNEUR
Norbert ESCHMANN :
Attaquant ou milieu (Inter) né le 19 Septembre 1933 à Besançon
De nationalité Suisse, il a porté les maillots de Marseille (1958-1960) et du Stade Français (1960-1963) en France après avoir évolué tout jeune au red Star en 1954-1955.
Joailler de profession, il retourna jouer à Lausanne pour y exercer son métier avant de commencer véritablement sa carrière professionnelle à l'OM en 1958 à 24 ans..
Après deux saisons en blanc, il signe à Paris au Stade Français où il dispute 95 matches et inscrit 31 buts.
Norbert Eschmann a participé à la Coupe du monde 1962 mais fut gravement blessé face à l'Allemagne.

Un grand monsieur du football helvétique et de la presse romande s'en est allé mercredi. Norbert Eschmann s'est éteint dans sa 76e année des suites d'une longue maladie.
Grande figure du football suisse dans les années 50 et 60, le natif de Besançon a notamment porté les couleurs de Lausanne, club avec lequel il a fêté un titre de champion de Suisse en 1965, Servette, Marseille, le Stade Français, Sion et Young Boys.
Talentueux, complexe et "bien trempé"
Jugé par ses pairs comme étant quelqu'un pétri de talent, complexe et avec un caractère bien trempé, le Vaudois a participé à deux Coupes du monde, en 1954 en Suisse, et en 1962 au Chili.
En Amérique du Sud, il a eu une jambe brisée lors du deuxième match, contre la République Fédérale d'Allemagne.
La passion du jeu, ce milieu de terrain l'avait dans le sang. Il la transmettait au ballon qu'il aimait caresser pour distiller des passes à ses coéquipiers.
"La passe, un geste de respect"

"Pour Norbert, une passe réussie était un geste de respect envers l'autre, oui, une simple passe avec un simple ballon était pour lui quelque chose qu'il voulait aussi juste que les vers d'un poème, ou que le mot qui change une phrase et lui donne tout son sens. Car le football, pour lui, était en fait l'empreinte de la vie", écrit Philippe Dubath dans les colonnes de "24 heures".

Eschmann, ici à droite, opposé à l'international anglais Flowers le 9 Mai 1962 à Wembley en préparation de la Coupe du Monde au Chili.
Il collabora au Miroir du Football où il fit passer ses idées avec son grand ami François Thébaud
editorial de Norbert lors de la nomination de Just Fontaine (Mars 1967).

Le souci du beau geste, Norbert Eschmann l'a également cultivé après sa carrière de joueur puis d'entraîneur qu'il a bouclée au sein de Martigny Sports en 1971.
Il devint journaliste permanent à "24 heures".
Il s'y est imposé, distingué au travers de papiers subtils, bien sentis, toujours emprunts de son amour pour le football et est rapidement devenu chef de la rubrique sportive du quotidien vaudois.
Dès 1998, une fois sa retraite arrivée, celui qui fut l'un des premiers joueurs helvétiques à évoluer à l'étranger posera sa patte sur des chroniques ayant le mérite de flairer bon l'humour, la critique et de susciter le débat.
Connu pour sa gestuelle et sa "tchatche" exceptionnelles, Norbert Eschmann était parvenu à faire de ses "billets" un rendez-vous incontournable pour les lecteurs du quotidien vaudois, même pour ceux qui ne comprenaient rien au football.
"C'était un homme de débats, d'idées. Que d'arguments, que de bon sens! Et dans les débats, dans la vie et sur le terrain, Norbert était un homme de talent et de fair-play. Il va me manquer", a déclaré dans les colonnes de "24 heures" le président de la FIFA, Sepp Blatter.
A l'OM, Norbert fut apprécié comme homme et bien sûr comme joueur.
Mais il arriva au mauvais moment, dans une équipe qui avait été bouleversée et quidescendit en seconde Division.
L'année suivante, il fut le meilleur joueur de son équipe mais les Olympiens ne purent remonter.

Il joua 66 matches et inscrivit 13 buts, jouant un certain nombre de match au poste de demi.